Catégorie : Conférence

Agile France 2017 : l’expérience Viaxoft

Agile France 2017Cette année, nous étions 5 émissaires de Viaxoft, 4 POs et 1 SM, à passer les portes rouges du Chalet de la Porte Jaune, les 15 et 16 juin lors de l’Agile France 2017. La convention commence par un petit atelier pliage pour faire rentrer le planning dans le porte badge (ce qui n’est pas aussi simple qu’il n’y parait).Ensuite après un warm-up animé et quelques exorcismes pour se connecter au wifi, et les différents pitchs des speakers, les premières sessions sont lancées.

Jeudi 9h40 – Montessori Insight

Mija Rabemananjara twitter Nadia Hamidi twitter

« Larry Page et Sergey Brin, les fondateurs de Google ont récemment déclaré à ABC News que l’éducation Montessori était une des principales raisons de leur réussite. »

Mija, agiliste apprenante, et Nadia, directrice pédagogique Montessori, nous ont présenté la pédagogie Montessori – du Docteur Maria Montessori, et les raisons pour lesquels elle peut tout à fait être considérée comme une des méthodes agiles.

L’homme, au sens de l’humain, est-il bon ? L’humain naît-il bon ? L’enfant, lorsqu’il naît, est vierge de tout environnement, son cerveau n’est pas mature, tout est à construire, et si on le met dans un environnement bienveillant, il grandira et sera bienveillant à son tour.

Les tendances humaines

Pour Maria Montessori il existe plusieurs tendances humaines qui doivent être respectées pour évoluer sereinement : orientation/ordre, exploration, communication, abstraction, esprit mathématique, répétition, exactitude/auto-perfectionnement, compréhension, imagination, mouvement/activité/travail, manipulation, adaptation, religion/morale.

Il existe également 4 périodes, 0-6 ans ou l’indépendance  physique, l’enfant apprend à grandir, 6-12 ans ou l’indépendance psychique, l’enfant apprend à penser, 12-18 ans ou l’indépendance sociale, l’enfant apprend à vivre avec les autres, et 18-24 ans qui est le passage à l’âge adulte.

Les enfants d’une école Montessori apprennent les mathématiques par la manipulation, avec du matériel spécifique, comme le carré(10*10) ou le cube(10*10*10) Montessori. Ils ont beaucoup de liberté et de responsabilités, ils font le choix des matières qu’ils souhaitent étudier. L’apprentissage se fait par la répétition. Il ne faut pas être dans le jugement (Par ex : « Wahou ton dessin est beau »/ »Mais c’est quoi ce gribouillage? »), mais valoriser ce qui est fait ( « Tu as mis du rouge et du bleu. C’est un bonhomme avec un grand sourire! ») et être dans le ressenti (« Tiens, je vois que ton bonhomme est triste, pourquoi ? »)

Les niveaux de classe sont mélangés, entre 6 et 12 ans par exemple les plus petits prennent les plus grands pour modèles, et les plus grands sont ravis d’expliquer aux plus petits et de leur donner envie. La motivation intrinsèque est très importante.

Jeudi 11h – Les forces de la nature gouvernent l’entreprise

CÉDRIC Bodin  twitter

Les forces fondamentales qui gouvernent notre monde sont cachées à nos yeux mais visibles dans les formes de la nature. Pendant 20 minutes, Cédric  a comparé les diverses forces naturelles et celles qui régissent une entreprise.

La force de gravité est ainsi mise en parallèle avec une pyramide haute. Si la pression qui vient du haut est trop forte, la couche du bas fini par se rompre. Et la pyramide s’écroule. La force électromagnétique peut se retrouver dans un sociogramme.

Les figures géométriques ne sont pas en reste, la symétrie linéaire, comme dans une méduse, st comparée à une certaine forme de travail, la symétrie radiale, celle d’un virus, qui comme la méthode scrum, itère, pour produire du matériel de plus en plus performant, et la symétrie bi-latérale, ou celle du triangle, qui représente également le lien PO/SM/DEV.

JEUDI 11H30 – TOP 10 des pratiques agiles à fort R.O.I.*

CÉDRIC BODIN  twitter

*Return On Investment 

 

De nouveau avec Cédric, qui nous présente 10 pratiques agiles, suivant un atelier limité à 20 personnes. Les autres dont nous faisions partie, ont heureusement pu observer.

Check-in

Le check-in consiste à briser la glace, commencer une activité, se mettre dans le bain… Celui-ci était tout simple, Je m’appelle (prénom), je suis (humeur/profession) et j’adore (passion insolite). Par exemple pour moi ça ferait « Je m’appelle Natacha, je suis Graphiste/Scrum Master et fatiguée par la chaleur. Et j’adore manger des frites froides. » No comment.

Matrice des compromis

Il s’agit de classer de 1 à 4 les différentes composantes d’un projet, le budget, le temps, la qualité et le périmètre afin de déterminer quelles sont celles sur lesquelles on est le plus d’accord pour s’ajuster. Par exemple ici :

  • 1 était le budget – qui n’allait pas entrer en compte
  • 2 la qualité – personne ne voulait des ateliers de moins bonne qualité
  • 3 le temps – si on finit 5 minutes plus tard ce n’est pas grave
  • 4 le périmètre – si on ne voit que 9 pratiques au lieu de 10 ce n’est pas grave, pourvu que ces 9 soient de qualité
Board & Burndown

Le board est la figure qualitative du projet, ici les différentes techniques et leur état A faire / En cours / Terminé, et le burndown la figure quantitative. Au fur et à mesure du temps qui passe, combien de techniques ont été vue ?

Les rôles délégués

Distribuer des rôles délégués au moment d’un atelier, une réunion, une rétrospective permet de dynamiser le groupe. Exemple de rôles : animateur, scribe (il prend des notes, déplace des post-its), Mr/Mme Positif-ve (Est toujours très enthousiaste et d’accord avec tout), Mr/Mme Grincheux-se (Râle tout le temps, sert de lanceur d’alerte), le gardien du temps (signale lorsqu’on prend plus de temps que prévu sur une tache), Mr/Mme Bisous (chargé de réconcilier les conflits), Mr/Mme Carton Jaune (à sortir lorsque quelqu’un ne respecte pas les règles, coupe la parole etc…) et ainsi de suite il n’y a que l’imagination comme limite…

Découpage & Dot-voting

On découpe un projet en plusieurs sous-projets. Puis chaque acteur vote avec trois gommettes à poser comme il le veut pour celui qu’il considère comme le plus important. L’inconvénient du dot-voting est que les derniers à voter peuvent être influencés par le vote des autres. Voire même, avoir l’impression que leur vote ne sert à rien. Pour contrer cela, on pourrait avec des bulletins/post-its, tout en gardant à l’esprit que ce ne sera forcément qu’un ordre d’idée.

Technique du R.O.T.I

Return On Time Invested, ou retour sur le temps investi, à la fin d’une réunion, un atelier ou peu importe, chaque personne vote à main levée, ou plutôt doigts levé, 0 étant « j’ai perdu mon temps » et 5 « je ne pouvais pas mieux faire pour investir du temps ».

Story Mapping

Classer les Stories selon la technique du MoSCoW :

  • Must (ce qu’ont doit faire absolument)
  • Should (ce qu’on ferait mieux de faire)
  • Could (ce qu’on fera si on le peut)
  • Wish (ce qu’on aimerait faire si tout le reste est fait).

Remarque : le temps alloué à cette activité est très important, trop court, tout part dans le Must par reflexe, juste un peu plus long, ça s’équilibre, mais trop long certaines Story repartent dans le Must parce que « c’est quand même important ».

Chiffrage

Chiffrage des différentes User Story par point d’effort selon la suite de Fibonacci (ou presque). Une story sert d’étalon en considérant qu’elle est moyenne, et en la posant sur le 5. Le chiffrage se fait dans le silence et chaque déplacement doit être tracé par une flache sur le post-it. Ainsi celles qui ont eu plusieurs déplacements contradictoires, ou très importants pourront générer un dialogue, tandis que ce n’est pas la peine de s’attarder sur celles qui font consensus.

Perfection Game

Le perfection Game étant de noter un événement, 0 étant complètement nul, et 10 la perfection, quelle note mettriez vous. Si vous avez mis 5 (autre chose que 10 quoi), pourquoi ? Et que faudrait-il pour atteindre 6 (votre note plus 1) la prochaine fois ?

Feed Back Door

Enfin la dernière pratique consiste à noter une activité à l’aide de smileys sur un papier affiché à la sortie.

 

Jeudi 14h30 – Open Space (Forum Ouvert)

Pour ceux qui ne connaîtraient pas, un Open Space ou Forum Ouvert consiste à un échange sans ordre du jour, sur une durée donnée. Il comporte une seule loi, celle des deux pieds, à savoir « Si vous n’êtes ni en train d’apprendre, ni en train de contribuer, suivez vos deux pieds et passez à autre chose » et 4 principes :

  • tous ceux qui viennent sont les bonnes personnes
  • quoi qu’il se passe c’est la seule chose qui aurait pu se passer
  • ça commence quand ça commence
  • quand c’est fini, c’est fini !

Il existe également deux animaux totems, les abeilles qui circulent d’ateliers en ateliers et les papillons qui prennent une pause ou réfléchissent.

La charge mentale

Inspirée par une bande dessinée d’Emma « Fallait demander », le questionnement était sur la répartition des taches domestiques et l’agilité à la maison. Une discussion ouverte sur celles (et dans une moindre mesure ceux) qui considéraient qu’elles assumaient la charge mentale, c’est à dire le fait de devoir penser à faire les choses, qui avaient ou non réussit à répartir les taches, et quelles pratiques agiles avaient été mises en place à la maison. Certains ont mis en place un Kanban. D’autres un système de remerciement à chaque tache accomplie, ce qui implique de communiquer sur le fait que la tache ait été faite.

Comment mieux gérer son temps ?

Tout d’abord, faire la différence entre productivité et temps de travail. Mettre deux heures à faire quelque chose parce qu’on est sans arrêt interrompu rend improductif. Le temps est perdu à se remettre dans ce qu’on faisait.

La méthode GTD (Geting Things Done) permet de s’organiser pour faire les choses et avoir des résultats. Elle est basée sur trois principes : on choisit à chaque fois en pleine connaissance de cause ce que l’on fait. On ne porte son attention que sur ce qui est actionnable maintenant. On est tranquille sur ce que l’on ne fait pas : soit on a choisi de ne pas y donner la priorité, soit ce n’était pas faisable maintenant. Toute l’attention, la créativité et l’énergie sont mobilisées sur la seule action qu’on a délibérément choisi de faire. Cette méthode demandant une certaine rigueur, et étant une habitude à prendre, c’est plus facile de la mettre en place en la couplant à une habitude déjà prise (juste avant ou juste après).

Certains ont de petites astuces : mettre un totem qui signale qu’on ne peut pas être dérangé (puis reporter les jours sur un calendrier à la vue de tous), ou couper toutes les communications de temps en temps. Koober est une entreprise dont le travail consiste à faire des résumés de livres à lire en 20mn ce qui permet de gagner du temps sur les sujets techniques. On peut aussi faire des filtres dans les mails, et les envoyer directement dans des dossiers. Et ne les lire qu’une fois par semaine. Et virer les notifications (surtout celles qui font un son)

Les doléances de l’agile france 2017 / la parité qui chute

Point original, qui m’a permis de faire remonter le manque (voire l’absence) de choix végétalien lors du repas du midi. Je me suis contentée de pain et de riz nature. Et d’une tomate qui servait à décorer un plateau de fromage. Ce fut pertinent car le tir a été corrigé dès le soir au repas (auquel nous n’étions malheureusement pas). Le lendemain midi il y avait même tout un banquet végétarien/végétalien.

La suite de la session concernait le nombre de femmes présentes à Agile France 2017. Celles-ci étaient en effet beaucoup moins nombreuses par rapport à l’année dernière. Et, du coup, comment faire pour les faire venir? Moi j’ai fait le papillon donc je n’ai pas la réponse, on ne juge pas.

 

Vendredi 9h20 – De SAFe à Scrum

Arnaud Villenave twitter Sarine

Arnaud et Sarine nous font un retour d’expérience sur leur produit Libon, un service de téléphonie ip. Notamment, le contrôle des transformations qui a été difficile suite au départ du coach. Ils font des sprints d’une semaine, et la fin de sprint est le jeudi. Ainsi la journée du vendredi est libre, ce qui laisse le temps aux développeurs de travailler sur des projets de manière autonome, et au PO de récolter et noter le feedback en vue du prochain sprint. Ils ont animé un atelier afin de déterminer les rôles de chacun.

Un livre qui les a inspiré : la vérité sur ce qui nous motive, de Daniel H. Pink. Un principe : KISS, Keep It Simple. Stupid.

Ils ont mis en place des tests de type A/B Testing, afin de pouvoir avoir un feedback utilisateur sur une fonctionnalité.

Concernant le personnel, autonomie et responsabilité sont mises en valeur. Le but étant de réduire une équipe devenue trop grosse, revenir à l’humain et aplatir l’organisation. Pour se faire il a fallu pousser les gens à s’exprimer. Les compétences des personnes sont plus importantes que leur rôle.

En engageant par la motivation, valorisant et favorisant la prise d’initiative, et en donnant le droit à l’erreur les résultats sont beaucoup plus efficaces qu’avec un nombre plus important d’employés. Il est apparu comme essentiel de prioriser et faire des choix plutôt que grossir. Livrer un Produit Minimum Viable (MVP) et le libérer des croyances.

 

Vendredi 10h30 – Lancer un projet agile en 5 jours chrono

Yann Gensollen twitter

Yann est le co-fondateur de #play14 une série de conventions qui regroupe de personnes qui pensent que jouer est la meilleure façon d’apprendre et de comprendre. Il est également consultant pour Marmelab.

Son travail consiste à préparer le terrain pour les développements à venir dans un projet agile. Il a fait le tour de force de nous parler durant une heure avec une seule slide, et sans que ce soit ennuyant. Sa façon de faire est toujours facturée 5JH répartis sur deux semaines à un mois. Dix étapes incontournables (pour la plupart) que vous pouvez retrouver en détail sur son blog.

Tout d’abord en collaboration avec le client, il définit la Vision permet de faire ressortir les objectifs. Ensuite, les KPI sont les indicateurs à prendre en compte afin de vérifier la tenue de ces objectifs. En troisième vient une étude des risques liés au projet, puis quasiment imbriqué celle de la concurrence.

Une fois les quatre premières étapes effectuées, viennent les Personas, une vision d’un utilisateur imaginaire représentant un groupe de personnes dont les motivations, comportements et buts sont proches. Les personas aident à déterminer ce que le produit doit faire et comment il devrait fonctionner.

Ensuite il construit l’Ubiquitus Langage est un dictionnaire  de langage partagé, qui permet de mettre en place des concepts clés. Les mots clés sont en anglais et seront utilisés pour le code, les déclaration de variables…

Le Parcours utilisateur se met en place via le story mapping. La combinaison de tout ce s éléments permet de mettre en place l’architecture du projet, puis de commencer à construire le backlog – avec l’aide du PO.

Et enfin en dernier, l’organisation du projet consiste à récolter les divers accès et contacts dont les devs pourraient avoir besoin

 

Vendredi 11h30 – Les dailies

Jonathan Boccara twitter

Un problème récurent dans les entreprise est la gestion des formations. La plupart du temps, les employés n’ont pas le temps, sont trop pris par leur travail, autant ceux qui ont le besoin d’être formés que les formateurs (dans le cas de formations internes).

Pour contrer ça, l’entreprise de Jonathan a mis en place les dailies. Ce sont des formations courtes (10 à 15 minutes), tous les jours, en interne et dans les bureaux. Chaque session est filmée et postée sur un wiki, pour que ceux qui souhaitent la consulter, ou revoir puissent le faire. Les sessions sont filées sur un mois, découpées en tout petits bout. A la fin d’une session ceux qui sont intéressés peuvent rester et poser des questions, les autres se remettent simplement au travail.

 

 

Pour le formateurs les avantages sont nombreux, cela lui permet de progresser sur son sujet (préparation d’un quart d’heure avant), et l’entraine à la présentation. Dans les grandes entreprises c’est aussi un moyen de rencontrer des gens à qui on ne parle pas tous les jours.

On peut le trouver sous twitter avec le hashtag #devDailies

 

Vendredi 12h – Parents Positifs, enfants agiles

Gaelle Bourven

Personne ne nous apprend comment fonctionnent les gens, la gestion des conflits, la motivation de chaque personne…

Pour être bienveillant, il faut reconnaître que les gens font du mieux qu’ils peuvent avec les moyens qu’ils ont. D’autant plus avec les enfant. Il faut savoir que la maturité du cerveau arriver entre 20 et 30 ans et en tenir compte. Faire des phrases affirmatives, car la négation entraîne de la complexité. (Qui ne s’est jamais fait de nœud au cerveau en essayant de décortiquer une double voir triple négation ? N’essayez pas de ne pas y penser !)

On devrait plus exprimer ce qu’on voudrait plus que ce qu’on n’aime pas. (Par exemple « Je voudrais savourer mon café dans le silence » plutôt que « je n’aime pas que tu viennes me parler pendant que je bois mon café »). Le cadre doit être clair et orienté vers l’objectif, sans oublier l’importance du respect de chacun.

 

Certaines personnes font des dailies en famille, ce qui leur permet de se mettre au point sur les choses à faire, et ce qui s’est passé la veille ou durant la journée (selon l’heure du daily).

La bibliographie  :

C’est pour ton bien – Alice Miller

Parler pour que les enfant écoutent, écouter pour que les enfants parlent – Adèle Faber et Elaine Mazlish

Vendredi 14h10 – Réinventez vos cérémonies

Blog de Jean-Pierre Lambert autodidacte sur le métier de Scrum Master

Cet atelier participatif était conçu pour nous permettre de trouver de nouvelles idées pour les cérémonies. Le but étant dans un premier temps de sortir un nombre important d’idée, et d’en créer de nouvelles par effet de rebond. Par exemple « Faire la rétrospective dehors » a entraîné par rebond « Aller faire un pique-nique ». Ensuite une fois la masse d’idée récupérée chaque personne devait en défendre une et les soumettre au vote des autres, sachant que si au moins un vote contre, l’idée est rejetée et doit être abandonnée où avoir une contre proposition. Si elle est rejetée trop souvent, on abandonne l’idée et on passe à la suivante.

Dans un troisième temps, on récupère toutes les idées validées et on les fait passer dans une grille NUFF pour savoir si l’idée est Nouvelle, Utile, Faisable, et Fun. Chaque personne vote à main levée avec un nombre de doigts, 0 correspondant à pas du tout, et 5 à totalement, et on comptabilise le total des points. Ensuite il convient d’identifier l’idée totalisant le plus de points.

Avec cette idée, en groupe une personne fait le scribe, une l’avocat du diable (il va contrer l’idée par tous les moyens) et les autres sont les anges. L’avocat du diable doit avancer un contre-argument, et les anges trouver un arrangement. Le scribe note tout ce qui se dit.

A la fin de chaque étape, un petit questionnaire circulait avec des questions auxquelles sur les pièges, l’auto-censure, et notre état d’énergie.

Vendredi 16h20 – La CNV

Qu’est-ce que c’est, comment l’utiliser?

L’observation est différente de l’évaluation. La communication non violente est un langage dynamique. Il ne faut pas faire de généralités. De même il faut éviter les négations qui enferment, figent et invitent au jugement. Le jugement doit être à tout prix évité car il ferme la conversation, la personne jugée se sentant agressée (à juste titre).

Par exemple. « Il y a des gens vraiment mal élevés qui ne nettoient pas » devient « A midi Claire et Marc ont sali la table et laissé des traces de leur repas. »

De même on ne doit pas interpréter les sentiments des autres ou faire des diagnostiques et des pronostiques. Ce qui est dit doit être mesurable par une personne extérieure.

Qu’est-ce que j’éprouve ? « Mon besoin d’hygiène n’est pas respecté »

Esclavage affectif : il faut comprendre qu’on n’est pas responsable des sentiments des autres. De même ils ne sont pas responsable de nos sentiments. Nous sommes les propres responsables de nos propres sentiments.

Le bonhomme OBSD résume la CNV.

Dans notre exemple :

  • O : A midi Claire et Marc ont sali la table et laissé des traces de leur repas. (C’est un fait, et pas un jugement)
  • S : Je trouve désagréable que la table soit sale lorsque j’arrive pour manger. (J’exprime mon propre sentiment)
  • B : J’ai besoin que la table soit propre. (Et le besoin réel que j’ai, sans demander d’action)
  • D : Claire, Marc, pouvez-vous nettoyer derrière vous après votre repas s’il vous plait ? (Être prêt à essuyer un refus, mais dans les faits demandé de cette manière, cela arrive rarement)

 

DEVOXX France 2017 : le débrief

devoxx

Les présentations se sont enchaînées lors du DEVOXX France 2017.

Nous avons participé au Devoxx France 2017 qui s’est déroulé du 5 au 7 avril 2017. Dans cet article, nous allons vous présenter quelques conférences intéressantes que nous avons pu suivre. Ces retours sont basés sur notre compréhension personnelle, chacun est accompagné de la présentation YouTube. Libre à vous de les regarder pour vous forger votre propre opinion !

 

PRÉPAREZ-VOUS A LA MODULARITÉ SELON JAVA 9 youtube

Alexis Hassler twitter ET Remi Forax

Cette université de 3h portait sur le projet Jigsaw de Java 9. Il est censé régler les problèmes de dépendances et classpath (en le remplaçant par un module path), les problèmes de librairies présentes dans différentes versions dans le classpath… Cela a permis un découpage du JDK pour pouvoir le distribuer sans forcément tout inclure, juste le nécessaire. Pour les librairies externes aussi, par exemple si on veut juste la partie injection de dépendances de Spring, cela pourra être un jar de quelques kilos au lieu de quelques mégas aujourd’hui.

La config des modules de nos applications va passer par la définition de fichiers « module descriptor » qui vont spécifier notamment quels packages exposer aux autres modules et quels modules importer. Dorénavant, les classes publiques ne le seront plus pour toute l’application, mais uniquement pour le module. Avec ceci, Java 9 va passer également pas mal d’API en deprecated. A partir de maintenant et des prochaines versions, il va avoir du ménage et des deprecated seront supprimés, il faut s’attendre à pas mal de breaking changes potentiellement.

Une bonne partie de la conférence était ensuite de migrer une appli en Java 8 vers Java 9 en la découpant en modules. A noter qu’un bypass de cette utilisation par module sera possible pour inclure d’anciens jar par le biais d’un classpath dédié, de façon à pouvoir toujours utiliser d’anciennes librairies qui ne migreraient pas sous ce style d’architecture.

 

TENSORFLOW ET L’APPRENTISSAGE PROFOND, SANS LES ÉQUATIONS DIFFÉRENTIELLES youtube

Martin Görner twitter

Le but de cette université était de présenter le framework Tensorflow, rendu opensource par Google. Il s’agit d’un framework qui permet de manipuler des réseaux de neurones « simplement » (ou en tout cas plus simplement que ce que cela pouvait l’être jusqu’à maintenant). La conférence a été illustrée par deux exemples qui ont permis de présenter pas mal de fonctionnalités et fonctions mathématiques intégrées au framework.

Le premier exemple était la reconnaissance de chiffres. Il y avait un jeu de données de plus de 60 000 chiffres écrits de façon manuscrite que le réseau devait reconnaître au mieux. Nous allons écrire quelques principes qui ont été décrits, mais pour l’explication assez complexe il faudra regarder la rediffusion de la conférence ! Malgré le fait que le conférencier a bien vulgarisé les principes, cela reste assez dur à retranscrire.

Il a évoqué les matrices multidimensionnelles, les fonctions Softmax, Sigmoid et RELU (Rectified Lineara Unit), la cross entropy, l’algorithme d’optimisation gradient descent, la fonction de régularisation Dropout… Les réseaux convolutionnels ont aussi été évoqués, ainsi que les réseaux récursifs. Ces derniers sont très puissants et permettent de mettre en relations des couches de réseaux de neurones afin d’analyser plus finement les données. A la moitié de la conférence, nous sommes arrivés à un taux de reconnaissance des chiffres de plus de 96%, avec seulement une trentaine de lignes de code.

Le deuxième exemple était de faire intégrer l’ensemble des oeuvres de Shakespeare à un réseau récursif, afin de générer de nouveaux textes. L’oeuvre qui a été générée en live était assez impressionnante, avec des actes, des personnages inventés, des dialogues… En regardant de plus près l’ensemble du texte n’avait pas vraiment de sens, mais on arrive à un résultat assez cohérent sur la structure, l’agencement des mots, etc. Le même principe avait d’ailleurs été appliqué aux oeuvres de Rembrandt, suite à quoi un réseau neuronal avait produit une peinture totalement inédite de cet artiste, respectant l’époque, sa manière de peindre, … On en vient à se demander si on peut considérer cette oeuvre comme un original de Rembrandt ou non.

Ces systèmes sont également utilisés de nos jours pour Google Traduction, la reconnaissance d’images, bientôt la médecine pour détecter des cancers… et bien d’autres domaines.

 

JAVA 8, C’EST BIEN. JAVASLANG, C’EST MIEUX youtube

Mathieu ANCELIN twitter

Cette conférence avait pour but de présenter la librairie Javaslang et son avantage par rapport aux API standards de Java 8. Cela a été fait sous la forme d’une démo de refactoring d’une application.

La librairie présente des fonctionnalités utilisées telles que des List.of ou HashMap.of pour instancier facilement des collections avec des données. On peut noter aussi un type Either<Trowable, Objet> qui permet à une fonction de retourner soit son résultat attendu soit l’erreur qui s’est produite. Il y a également des fonctionnalités pour faciliter l’utilisation des streams, qui permettent, entre autres, de se passer des collectors. A noter que toute collection de Javaslang peut être transformée en collection classique avec une méthode .toJavaList().

 

JAVA 9 MODULO LES MODULES youtube

Jean-Michel Doudoux twitter

Cette présentation consistait à lister les nouveautés de Java 9, sans parler du projet Jigsaw et ses modules. On va avoir :

  • Des try with ressources plus concis.
  • Les opérateurs diamants seront possibles sur les classes anonymes.
  • Les interfaces pourront avoir des méthodes privées.
  • Des factory seront disponibles pour créer des collections immuables.
  • De nouvelles méthodes seront disponibles sur les streams, comme les takeWhile et dropWhile, ou encore les Stream.ofNullable.
  • L’organisation des fichiers du JDK va changer, le JRE et le JDK ne seront plus séparés comme avant.
  • L’utilisation de java en ligne de commande supportera les options standards GNU.
  • Les jar pourront contenir plusieurs releases d’une même librairie.
  • L’outil jshell sera disponible pour avoir une console Java et exécuter des bouts de code.
  • Certains outils du JDK seront retirés, comme le rt.jar et tools.jar.
  • Les numéros de version du JDK auront un nouveau format, de type MAJOR.MINOR.SECURITY.PATCH, par exemple 9.2.3.1.
  • Les objets String prendront moins de place en mémoire.
  • L’outil jdeprscan permettra de scanner nos projets pour savoir si on utilise des API deprecated.
  • L’API StackWalker pour une meilleure lecture des stacks d’erreurs, mieux filtrées et plus claires.

 

LE STREAMING D’API : POURQUOI ET COMMENT TRANSFORMER VOS APIs STATIQUES EN DONNÉES EN TEMPS RÉEL ? youtube

Audrey Neveu twitter

Cette présentation consistait à présenter les différentes méthodes disponibles pour faire des API utilisables en streaming :

  • Long polling : à bannir car il bloque le client et la communication n’est que dans un sens. Une nouvelle connexion est créée à chaque fois, on a aucune idée de si une requête est nécessaire, si les données sont changées ou pas.
  • Webhooks : l’utilisateur renseigne au service l’URL qu’il doit appeler. Cela est assez contraignant, compliqué à debugger et ne fonctionne pas sur smartphone.
  • Websockets : la communication est bidirectionnelle et réalisée en binaire. Le client redémarre la connexion si elle est perdue. Un point négatif est la méthode de connexion un peu particulière qui peut nécessiter de devoir reconfigurer les firewalls. Cette méthode est généralement plus utilisée pour les chats et jeux vidéos.
  • Server Sent Event (SSE) : les performances sont meilleures mais la communication est unidirectionnelle (le serveur push les données au client). Cela fonctionne par le protocole HTTP standard. Pas de support par IE ni Edge mais des polyfills existent.

La présentation s’est terminée par l’utilisation d’une api SSE connectée au cours du Bitcoin et à un drone sur scène afin de le faire décoller ou atterrir en fonction de ce cours.

SPRING FRAMEWORK 5.0 youtube

Stéphane Nicoll twitter

La présentation a fait un petit overview de la nouvelle version de Spring à venir. La RC est disponible et la finale sortira légèrement avant Java 9.

Les performances de démarrage ont été grandement améliorées. Certains cas montrent un démarrage en 100ms au lieu de 6s, cela grâce à une meilleure gestion du contexte. Avant les classes étaient scannées au démarrage pour analyser toutes les annotations, maintenant cela est fait à la compilation en gardant un fichier mapping. Java 9 sera bien sûr supporté, ainsi que le protocole HTTP 2 et le langage Kotlin. Le framework pourra fonctionner avec une programmation Reactive de bout en bout. Il sera ainsi possible d’appeler une API qui streamera directement le contenu de la base en un flux infini (ou pas) de données, et non plus attendre que toutes les données soient transmises d’un coup. Des types Flux et Mono ont été ajoutés pour cela.

Les API pourront également être utilisées en mode fonctionnel et non plus forcément par annotations.

 

10 MÉTHODES POUR RENDRE HEUREUX LES DÉVELOPPEURS, LA 7EME VA VOUS ÉTONNER ! youtube

Cyril Lakech twitter ET Romain Linsolas twitter

Un développeur de chez Axa et un de la Société Générale nous ont parlé de leur vision pour rendre les développeurs heureux en entreprise. Il faut pour eux :

  • Investir dès le recrutement, ne pas mentir au candidat, parler de code avec lui pour savoir si les pratiques de l’entreprise correspondent à ce qu’il attend… Pourquoi pas l’intégrer une demi journée à l’équipe, parler de la culture, la vision, etc.
  • Proposer une perspective de carrière pour que les développeurs restent plusieurs années. Ne pas être toujours dans le rush, prévoir du temps pour qu’ils puissent apprendre, découvrir de nouvelles choses.
  • L’environnement est important. L’Open Space est déconseillé, ou il faut en tout cas mettre à disposition des bureaux flexibles (endroits pour s’isoler), des espaces de détente, des bureaux adaptés aux envies de chacun (debout ou assis). Un bon matériel et de bons logiciel sont aussi importants pour ne pas être frustré, permettre le télétravail.
  • Organiser son travail, découper en petites équipes, feature teams, devops.
  • Software Craftsmanship : bien concevoir le logiciel, penser à la valeur ajoutée de chaque évolution, faire des codes review, du pair programming.
  • Avoir une ouverture technologique.
  • Faire plaisir aux développeurs ce n’est pas que le café gratuit, les pizzas, les nerfs, le baby-foot… Tout ceci est juste un plus et il ne faut pas perdre de vue le reste. Les autres sociétés proposent la même chose et les autres éléments de cette liste vont aussi être déterminants.
  • S’organiser en communauté, pouvoir trouver de l’aide dans les équipes et se rendre utile en aidant les autres.
  • Contribuer à l’open source. Cela permettra de continuer l’apprentissage, de recevoir des critiques constructives et de s’améliorer.
  • Participer aux événements, Devoxx, Meetups, BBL, hackatons (1 à 3 jours), conférences interne, sponsoring d’événements… Toujours dans un but d’apprentissage, d’ouverture d’esprit.
  • Valoriser les développeurs pour qu’ils puissent apprendre tout le temps.

 

SOYEZ HOLOGRAPHIQUE ! youtube

Michel Rousseau twitter

Présentation des HoloLens par Microsoft. Très beau produit, unique en son genre qui permet une projection (et non un affichage) d’hologrammes sur des « lunettes ». L’orientation du produit est plus professionnelle pour l’instant et permet par exemple à un mécanicien d’avoir les plans d’une voiture sous les yeux en permanence, de faire des appels Skype… L’avantage ici est vraiment d’avoir des hologrammes qui se superposent au réel et qui enrichissent le quotidien. Le « casque » capte son environnement grâce à la même technologie qui avait été utilisé dans Kinect et il est complètement indépendant (environ 2h30 d’autonomie), il intègre CPU, GPU, RAM, DD, …

Il est cependant très cher : 3299€ pour l’édition de dev, 5499€ pour l’édition commerciale.

La conférence s’est finie avec la présentation d’un nouveau concept en cours de recherche par Microsoft. Il s’agit « simplement » de pouvoir afficher l’hologramme d’une autre personne, dans la pièce où vous êtes. Ils ont appelés ça l’Holoportation et cela ressemble très fortement à ce qui est montré dans les films Star Wars… C’est encore en développement et cela nécessite notamment une dizaine de Kinect dans toute la pièce pour fonctionner !

 

UNE APPLICATION QUI VOIT, ENTEND ET RÉPOND youtube

Christophe Jollivet twitter ET Mickael Debonnaire twitter

Cette présentation montrait comment construire simplement une application utilisant les dernières avancées en terme d’intelligence artificielle. Pour cela quatre services nous ont été présentés :

  • Beta face pour faire de la reconnaissance d’image, et de visages plus précisément.
  • Speech recognition afin de transformer en texte ce que dit l’utilisateur à voix haute.
  • Api.ai pour reconnaître ce texte et faire des actions en fonction de ce que demande l’utilisateur.
  • Les APIs standards des OS pour générer de la voix et répondre à l’utilisateur.

 

PATTERN MATCHING EN JAVA (10 ?) youtube

Remi Forax

Cette présentation nous a donnée un aperçu de ce qui est dans les chantiers pour Java et ce qui pourrait être intégré à la version 10 ou plus. Les trois projets les plus important ont été détaillés.

  • Valhalla, apportant les Value Types et la Generic Specialization.
  • Panama, pour pouvoir manipuler plus facilement le code natif, notamment pouvoir appeler des fonctions C/C++ depuis la JVM.
  • Amber, apportant l’inférence des types. On pourra faire var name = « Julien » au lieu de String name = « Julien ». Les énumérations sont améliorées avec la possibilité de les rendre génériques. Les lambdas seront améliorées avec quelques idées qui avaient été laissées de côté. Des classes « data » qui permettraient de pouvoir juste déclarer les champs, le compilateur générera les accesseurs et constructeurs. Le Pattern Matching pourra également être de la partie.

Une bonne partie de la présentation était dédiée à ce dernier, avec une proposition de l’implémentation future possible. Il permettrait d’améliorer grandement les switch et de se passer des if-else-if-else-if à la chaine.

 

DE BRONZE A LÉGENDAIRE, COMMENT RÉUSSIR VOS IA DE BOTS youtube

Grégory Ribéron twitter

La présentation était vouée à nous expliquer comment créer des IA de bots efficaces qui peuvent atteindre le top 100 sur des sites tels que CodinGame. L’essentiel est de progresser pas à pas, bien comprendre l’énoncé, mapper correctement les mécanismes du jeu, regarder notre bot jouer, s’inspirer des autres…

Une des techniques est notamment l’utilisation d’algorithmes génétiques, qui permettent de prévoir certaines issues du jeu et ainsi corriger le comportement du bot en temps réel.

 

RECETTES, OUTILS, API ET SERVICES POUR CONSTRUIRE SON EQUIPE OU SA STARTUP youtube

Nicolas Martignole twitter

Trois maîtres mots pour le conférencier : rapidité, transparence et intensité.

On dénombre certains outils et/ou api externes pour simplifier la vie des codeurs et de l’entreprise. Cela passe par des outils de gestions de mail avec Mailjet et Mailgun.
Un point était axé sur la sécurité avec la gestion de double authentification et les réinitialisations de mot de passe par sms.
Egalement le monitoring de services avec des scénarios pour la gestion des temps de traitements avec Runscope.

Puis un gros point sur la communication interne et externe avec des outils performants de live chat pour augmenter la réactivité comme Slack et ses différents modules connectés (runscope, jenkins, etc).

 

JUnit-Docker youtube

Xavier Detant twitter ET Vincent Demeester twitter

Présentation rapide de la libraire JUnit-docker pour JUnit 5. Elle permet grâce à des annotations de lancer des conteneurs au démarrage d’une suite de tests. Plusieurs options sont disponibles, notamment pour spécifier l’image à démarrer et les ports à exposer. Le conteneur peut être redémarré pour chaque test ou réutilisé pour l’ensemble.

 

Log me Tender youtube

Olivier Croisier twitter

Discussion intéressante sur la mise en place d’une couche de service pour gérer les logs au sein d’une application. Cela permettrait de faire évoluer tout un log orienté métier avec des précisions comme les horaires de démarrage et fin, la durée, etc.. Tout ceci par la modification d’une seule méthode appelante. Cela permettrait également d’utiliser du java 8 dans le traitement de la couche de log car actuellement Log4j n’est pas migré et donc pas d’utilisation possible de lambda par exemple.

 

Retours sur Devoxx France 2016 : le jeudi

Devoxx 2016

 

Le but de cet article est de vous présenter quelques conférences intéressantes que j’ai pu suivre cette année, le jeudi 21 avril 2016, au Devoxx France, afin de vous donner envie de les consulter par vous-même. Ces retours sont basés sur ma compréhension personnelle et mes souvenirs, il se peut donc que cela ne soit pas complet ou ne reflète pas complètement la réalité ! Les liens vers les conférences sont donnés à chaque fois pour vous permettre de juger par vous-même.

 

La médecine de demain youtube

Jean-Michel Billaut twitter

Cette première keynote de Devoxx 2016 a permis d’avoir un aperçu de ce que pourra être la médecine demain. Le séquençage de nos génomes devrait devenir un standard pour arriver à une médecine de précision; les traitements seront adaptés à notre organisme et ne seront plus génériques. Cela servira à évaluer notre état de santé et détecter plus en amont cancers et autres maladies. Le séquençage de génomes est déjà possible à l’étranger, mais illégal en France et puni par la loi. La France accuse donc un retard là-dessus. Des startups anglaises, américaines et chinoises ont déjà une grosse base commune de génomes à des fins d’analyses. Une startup chinoise est d’ailleurs déjà évaluée à un milliard de dollars dans ce domaine.
D’autres technologies pourront par exemple nous permettre d’analyser nos aliments en temps réel, d’en connaître leur composition et faire le lien avec notre génome et état de santé pour savoir s’il est recommandé de manger telle ou telle chose.

 

The impact of code in society youtube

Joel Spolsky twitter

Deuxième keynote de la journée. Un des fondateurs de Stack Overflow nous a fait réfléchir sur l’impact des développeurs sur notre vie quotidienne. La décision d’un développeur peut impacter des milliers de personnes, comment celles-ci vont se réveiller le matin, comment elles vont faire du sport… Mais aussi changer l’humeur des personnes. L’exemple de Facebook était évocateur. Facebook n’affiche pas toutes les publications de tous vos amis, un algorithme se charge d’en afficher une plutôt qu’une autre. Il revient donc aux développeurs notamment de choisir que montrer à l’utilisateur. Uniquement des publications qui le rendront heureux ? Et dans ce cas cacher l’annonce d’une maladie d’un ami ? Faut-il que Facebook affiche la photo de votre ex avec son/sa nouveau/nouvelle copain/copine ? Il y a des décisions morales à prendre qui impactent plus d’un milliard de personnes. De même, qu’est-ce qui empêcherait Facebook d’influencer l’opinion des gens et de prendre un parti politique en mettant plus en avant un certain candidat et ainsi lui apporter plus de voix ?
Un autre exemple est celui de l’employé Amazon qui déplace des cartons toute la journée dans un entrepôt, en suivant les instructions données par un logiciel. Celui-ci dicte les pas et « contrôle » en quelque sorte tous les jours des centaines d’employés.
En conclusion, nous ne passons pas 5 minutes sans utiliser un logiciel qui impacte notre vie, d’une certaine manière décidée par un développeur ou une société et cela n’ira qu’en empirant.

 

L’entrepreneuriat au féminin youtube

Natacha Quester-Séméon twitter

Dernière keynote de la journée, intéressante et orientée féministe. La speakeuse nous a parlé notamment de Ada Lovelace et Margaret Hamilton, deux femmes sans qui les langages de programmation n’auraient pas été inventés et l’homme n’aurait pas marché sur la lune. Elle nous a également parlé du collectif JamaisSansElles, qui soutient les femmes un peu à la manière du mouvement solidaire international HeForShe. JamaisSansElles a été initié par le club des gentlemen et toutes les personnes adhérant à ce mouvement s’engagent à ne plus participer à une réunion ou débat public s’il n’y a pas au moins une femme participante. Elle nous a parlé ensuite de l’association qu’elle a créée, Girl Power 3.0 qui est composée d’entrepreneuses et innovatrices.
Dans l’ensemble, elle nous a parlé de la place des femmes dans le milieu informatique, de la nécessité de les intégrer dans les projets, organisations et débats.

 

Java SE 8 pour les développeurs Java EE youtube

José Paumard twitter et David Delabassee twitter

Cette session été axée sur la présentation des fonctionnalités de Java SE 8 appliquées à Java EE 7, ce qu’il est possible d’utiliser et ce qui ne l’est pas. Je vous laisse consulter la vidéo pour en savoir plus, elle est agrémentée de nombreux exemples sur notamment la nouvelle API Date, les annotations multiples, la validation de Bean, les streams, etc.

 

Analyzing Images with Google’s Cloud Vision API Speaker Deck

Sara Robinson twitter

Présentation par une Américaine fan de Harry Potter. Elle nous a présenté les possibilités des API de Google, notamment de l’analyse d’images via du machine learning. Il est possible d’envoyer des images à Google et ceux-ci vont nous retourner un ensemble de tags qui décrivent la photo (c’est donc l’inverse de la recherche Google Images). Cette API est très puissante et capable par exemple de faire la différence entre la tour Eiffel de Paris et la réplique à Las Vegas. L’API peut également détecter les visages et l’humeur des personnes. Il y a également une API de speech qui retourne à partir d’un fichier audio le transcript de celui-ci.

 

Stack Overflow behind the scenes – how it’s made youtube

Oded Coster twitter

Un développeur de Stack Overflow nous a présenté leur architecture. Il nous a exposé quelques chiffres impressionnants (à retrouver ici), comme leurs seulement 4 serveurs SQL notamment avec entre 384Go et 768Go de RAM chacun. Ils ont une stack essentiellement Microsoft, mais leur philosophie est simple, ce qu’ils ont actuellement fonctionne très bien, donc pourquoi le changer. Si un jour, dans leurs expérimentations, ils trouvent quelque chose de plus adapté et qui fonctionne mieux pour eux, alors ils migreront. Il n’y a aucun intérêt de migrer juste pour migrer. Leurs 9 serveurs Web leur permettent de faire des mises en production sans downtime, vu qu’ils sont tous en load balancing.
De la même manière, une migration vers le cloud leur coûterait plus cher et il faudrait refaire complètement leur architecture, donc ils n’ont pas souhaité migrer et on gardé leur propre architecture.

 

Retours sur Java 8 youtube

Jean-Michel Doudoux twitter

La présentation était un petit tour des nouveautés de Java 8, avec des bonnes pratiques recommandées par le présentateur.
Par exemple, il est inutile de mettre des Optional de partout, cela ne fait qu’introduire de la complexité. Les Optional peuvent être évidemment utiles, mais cela ne sert à rien de les utiliser à tout prix.
Autre exemple, inutile de vouloir mettre des lambdas à tout bout de champ. Il faut plutôt essayer de faire uniquement des lambdas d’une seule instruction, sinon le débug peut devenir trop complexe. Dans l’ensemble, il faut faire en sorte de garder des instructions lisibles, quitte à sortir les 5 lignes de code d’une lambda dans une méthode à part.
Il faut également faire très attention à la possibilité de lancer des streams en parallèle. Même si le faire est très simple, dans la plupart des cas cela peut ralentir les traitements plutôt que les accélérer… Il ne faut pas hésiter à faire des tests de performance pour s’assurer que l’utilisation du parallel() est bénéfique.
D’autres points sont également abordés dans la conférence, je vous invite à regarder la rediffusion pour en savoir plus.

 

High-Performance Hibernate youtube

Vlad Mihalcea twitter

Présentation très intéressante et assez complexe sur l’utilisation d’Hibernate et comment en tirer un maximum de performances.
Il a parlé des différentes étapes d’une requête (temps d’acquisition de la connexion, logique d’accès aux données, temps de soumission, temps d’exécution, temps de récupération et temps d’inactivité avant release de la connexion) et ce qui peut être fait pour accélérer les traitements. Il a notamment évoqué l’utilisation des batchs insert et update, des relations entre les entités, de cache de données, des paramètres qui ont pu changer entre les différentes versions d’Hibernate, etc.
Le présentateur a d’ailleurs un blog sur lequel il a écrit un bon nombre d’articles sur le framework et un livre sur le sujet.

 

String Concatenation de 1 à 9 youtube

Remi Forax

La présentation a été menée par un maître de conférence à l’université Paris Est Marne-la-Vallée, développeur sur l’OpenJDK et expert JCP sur 3 JSR (invokedynamic, lambda et Jigsaw).
Le but de la présentation était de savoir comment concaténer des strings de manière la plus performante possible.
Après une analyse du bytecode et du code assembleur géré par la JVM, la conclusion contre toute attente était que le plus rapide, dans son cas présenté, est l’opérateur + et non le StringBuilder. Ceci à cause du JIT qui reconnaît certains patterns de code, certaines méthodes communes et les remplace à la volée par du code assembleur optimisé au runtime. Il nous a ainsi conseillé de coder comme la majorité des gens le font pour que le code soit reconnu par le JIT et soit plus performant. Dans l’ensemble, il est donc plutôt conseillé d’utiliser l’opérateur + pour des concaténations simples et le StringBuilder en cas de boucles, tout en gardant des instructions simples dans ce dernier (pas de i++, pas de Object.toString()), sinon les optimisations ne fonctionneront pas.
Il nous a ensuite expliqué que cela sera réglé avec Java 9 grâce notamment à son travail sur la JSR invokedynamic, mais que le comportement des strings risque d’être altéré. Il nous conseille donc dès maintenant de tester les early builds du JDK9 afin de voir s’il n’y a pas de régression et ainsi les reporter.

 

Modular monoliths youtube

Simon Brown twitter

Présentation discutant des architectures monolithiques et microservices. Le speakeur propose tout au long de la conférence une architecture orientée module, organisée par fonctionnalité plutôt que par service, ou DAO ou contrôleur… Selon sa présentation, cela règle la plupart des problèmes d’architecture qui surviennent au bout d’un moment sur les projets. Il a commencé la conférence par la phrase « Monolith are big balls of mud » et fini en disant que si on ne sait pas bien organiser un gros projet, un ensemble de petits projets ne sera pas mieux et ce n’est pas la solution. Sa phrase de fin était donc « Microservices are a distributed big ball of mud ».

 

Performance: Java vous déclare sa flamme youtube

Vincent Beretti twitter et Nicolas Peters twitter

Présentation sur comment débugger plus facilement des problèmes de performances sur des applications Java, ou autre, avec les Flame graphs. Ils ont présenté les outils créés par un développeur de chez Netflix (Brendan Gregg) spécialiste des Flame graphs, afin d’en générer depuis des threads dump. Ils ont pris un cas concret pendant leur présentation et ont analysé les problèmes de performances avec ces outils.

Loading...
X